Prévention anti-fraude

La prévention anti-fraude au sein des entreprises se fait via deux axes principaux : la mise en place d’outils dédiés tout d’abord, et par l’adoption générale ensuite.

Car quel que soit le niveau hiérarchique des salariés, tous doivent adopter un comportement éthique et être sensibilisés à la possibilité de fraude, ce volet est abordé dans la section formation.

Les principaux outils de prévention anti-fraude sont les suivants :

  • Le contrôle interne
  • Le recrutement
  • La rotation du personnel
  • La protection des systèmes d’information

Contrôle interne

Le principal moyen pour une entreprise de lutter contre le risque de fraude consiste à mettre en place des procédures de contrôle interne.

Le contrôle interne ne rend cependant pas la fraude impossible, ce n’est qu’un moyen préventif de la limiter au maximum ou de la découvrir aussitôt que possible.

L’entreprise sera donc amenée, dans le cadre du développement de son contrôle interne, à rédiger des procédures écrites claires sur les diverses fonctions et les divers processus au sein de l’entreprise.

Cela permettra notamment d’avoir une vision sur l’organisation au sens large, sur la séparation des tâches, sur les délégations de fonctions et d’identifier les potentielles zones de risques où il est nécessaire d’apporter des modifications.

Recrutement

Le recrutement constitue le premier filtre d’évitement de la fraude interne. Il convient pour cela d’effectuer, dans le respect de la loi et de la vie privée du postulant, des recherches plus ou moins approfondies à son sujet.

L’association des chercheurs de fraudes certifiés (Association of Certified Fraud Examiner, ACFE) rapporte notamment, dans son rapport 2016, les chiffres suivants : entre 80 et 90% des fraudeurs n’ont aucun antécédent judiciaire ou professionnel en la matière.

Cela veut néanmoins dire qu’à l’inverse, le recruteur pourrait potentiellement déceler une personne à risque avant l’embauche dans 10 à 20% des cas.

Rotation du personnel

La rotation du personnel consiste à instaurer, suivant une certaine périodicité ou à minima une fois par an au moment d’une prise de congés, une rotation de l’effectif sur le périmètre d’activité. Ceci ayant pour but de déceler d’éventuelles fraudes internes qui pourraient être opérées.

A titre d’exemple sur l’activité comptable, il peut être intéressant d’alterner entre les comptables fournisseurs et clients ou encore d’attribuer la réalisation du rapprochement bancaire à une autre personne. Idéalement, et même si cela peut être tentant par simplicité, il convient néanmoins de ne pas former de binôme ou trinôme figé dans le remplacement d’une certaine personne afin d’éviter un risque de connivence et d’arrangements. Car si le fraudeur agit seul dans la majorité des cas, les fraudes impliquant au moins deux personnes représentent près de la moitié des cas.

Protection des SI

Enfn, il est utile de rappeler l’importance de la sécurisation des systèmes d’information.

En effet, la protection des systèmes d’information est de plus en plus sensible au sein des entreprises compte tenu de la nature désormais centrale des outils informatiques dans la plupart des secteurs d’activité et des sociétés.

Cela passe aussi bien par une réflexion à mener sur la sécurité physique que sur la sécurité logique.

La mise en place d’outils préventifs adéquats et sécurisants est une première étape nécessaire mais non suffisante dans la prévention de la fraude. Elle doit nécessairement être suivie de l’implication de tout l’effectif de l’entreprise, du bas de l’échelle à la Direction. Ce dernier point sera enfin abordé dans le volet « formation ».

Certain de votre chance ?

Prévention anti-fraude

 

 

De plus en plus de fraudes sont commises chaque année. Dans ce contexte, ne pas mettre en place de mesures de prévention anti-fraude serait donc prendre un grand risque. Contactez-nous avant que la chance ne tourne.